Les Bûcherons à Disney

Pourquoi Disney? Pour décrocher. Pour s’éclater dans les manèges. Pour faire semblant d’avoir douze ans pendant une semaine.

Pourquoi des bûcherons? Parce que c’est encore ainsi que notre gouvernement nous vend à l’étranger. Regardez-moi ce beau pavillon du Canada à Epcot :

À la vue de ces raquettes en babiche, je me suis immédiatement sentie chez moi. L’employée de la boutique porte fièrement la traditionnelle chemise à carreaux en flanelle. J’ai dû retenir mon envie de l’appeler maman. Des orignaux en peluche, des orignaux imprimés sur des t-shirts, des orignaux brodés sur des casquettes de tracteur… ça m’aurait coûté cher si je n’avais pas déjà tout ça à la maison! Et, que dire des chandails ornés de slogans des plus subtils sur l’art de boire de la bière et de cuver son vin! Dignes d’un pays où un habitant sur deux est humoriste! Les boutiques des autres pavillons (autres pays) regorgent d’oeuvres ou de reproductions de designers, de joailliers, ou d’artisans locaux. Au moment de l’attribution de contrats pour le pavillon du Canada, les nôtres devaient être en vacances. Et puis, nous devons être fidèles à notre réputation d’êtres rustiques et sympathiques. L’art, c’est menaçant! La question ne s’est peut-être même pas posée, puisqu’à l’international, nous ne faisons clairement pas le poids. Qui achèterait des t-shirts et des cartes de souhaits arborant une oeuvre de Corno ou de Paul-Émile Borduas? Des fous, sans doute.

Le restaurant du pavillon canadien est le plus populaire d’Epcot. Les États-Uniens (et les autres) doivent effectuer une réservation 90 jours d’avance pour avoir le privilège d’y manger pareil comme chez eux. Il s’agit d’un steak house où on ne précise pas d’où provient le boeuf. On ne pourra jamais accuser « le plus meilleur pays du monde » de ségrégation carnivore. La tête d’affiche des entrées : la soupe au cheddar. J’habite ici depuis toujours et je n’en ai jamais mangé. Mon conjoint anglophone non plus. Nous mourrons de honte en fourrant nos passeports au plus creux de nos poches. Le cheddar est pourtant canadien! Si on utilise la même marque que pour les « Shaved Prime Rib Sandwich on Toasted Ciabatta », c’est du Black Diamond, Mesdames et Messieurs! La grande classe! Et quand j’ai le goût d’un bon pain italien popularisé en Amérique depuis les années 1990, je vais dans un restaurant canadien! C’est clair! On y sert même de la salade César (inventée aux États-Unis par un italo-mexicain)! Faudrait être fou pour marcher jusqu’au pavillon italien à quelques mètres de là! Que dire de la salade de steak! N’a-t-on pas tous été gavés de ça quand on était petits? Un bon « Kansas City Strip Steak » pour la route?

Vins blancs d’Ontario, vins rouges d’Ontario, vins de glace d’Ontario, bières d’Ontario,… bières d’Unibroue! (Au menu, on peut lire « Canadian Unibroue », pour être certain qu’on ne s’y trompe pas.)

Autant au restaurant qu’à la boutique, où sont les cidres de glace québécois? Où sont les fromages assez bons pour être mangés tout seuls? Où sont les chocolats Geneviève Grandbois? Les produits de l’érable? Les bleuets? Les produits du terroir? Au pire, on se contenterait d’un ragoût de pattes, ou même d’une poutine! Mais je ne l’aurais peut-être pas digérée, après ce qui s’en venait…

L’entrée pour l’attraction intitulée « O’Canada » est située au bout d’une longue cabane en bois rond. Il y fait plus sombre que dans un barrage de castors (je le sais, j’en ai un dans ma cour, au centre-ville). D’autres employés en chemises de bûcherons nous guident vers l’intérieur d’une rotonde entourée d’écrans. Surprise de me retrouver dans un cinéma à 360 degrés, je suis temporairement soulagée…

— The Canadian ministry of tourism is proud to present…

Ça y est, on est cuits! Martin Short fait preuve d’un talent incomparable en injectant un peu de vie dans ce texte approuvé par des fonctionnaires. Mais cela ne suffit pas à faire oublier les nombreuses inepties et aberrations contenues dans ce film conçu pour attirer les touristes chez nous. Quand on a vu une épinette, on les a toutes vues. Peut-être faudrait-il accompagner le tout d’images d’hôtels, d’observatoires, de camps,… j’sais pas, moi. Un endroit où l’humain dépose sa brosse à dents avant d’explorer la nature.

On survole rapidement Montréal en précisant qu’il s’agit de la plus grande ville francophone hors de la France, sans plus. Pas un mot sur le Mont-Royal, la ville souterraine, le Vieux-Montréal, la culture, la bouffe, le fleuve St-Laurent, les festivals… rien. Vive le Stampede de Calgary!

Parce qu’il ne vaut peut-être pas la peine d’être présenté tout seul, comme un grand, on passe quatorze minutes sur quinze à comparer le Canada aux États-Unis, minutes au bout desquelles apparaissent en rafale les visages des nombreux artistes canadiens-anglais dont l’absence de « star-system » dans leur mère patrie a fait migrer vers le sud. Et saviez-vous que Vancouver « is our own Hollywood »? C’est vrai qu’on y tourne de nombreuses séries états-uniennes. En ce qui concerne le contenu canadien regardé par des Canadiens et récompensé à l’étranger, on repassera… vers l’est… chez les francophones. Mais ça, on n’en parle pas non plus.

Un chauffeur d’autobus du “Disney Resort”, à qui nous avons raconté la seule déception de notre voyage, nous a avoué que les Norvégiens aussi se plaignent constamment de leur pavillon à Epcot. Ils en ont assez de passer pour des Vikings. Pourtant, c’est cool, un Viking

All content copyright © 2009 Isabelle Gaumont. All Rights Reserved.

5 Responses to “Les Bûcherons à Disney”

  1. 1Capricieuse says on :

    Je suis allée à Disney il y a 15 ans et le pavillon était exactement comme cela et on en mourrait de honte déjà à l’époque (et il était loin d’être neuf!).

    Incroyable de voir que rien n’a changé et quelle honte de voir que depuis au moins 20 ans, on véhicule les mêmes préjugés gros comme le bras!

    Je crois que tous les pays se sentent comme nous devant leur pavillons, une petite mise à jours svp?

  2. Maxime DeBleu says on :

    Même pas de poutine. C’est honteux. Le pire,ce qu’il n’y a pas seulement les Américains qui nous imaginent comme ça…
    En voyage en France, dans un minuscule village de 300 habitants, un Français me disait que de voir le champ devait me rappeler chez moi… Euh, c’est que je ne le vois pas le champs où j’habite, les gratte-ciel le cachent! Héhé!

    Est-ce que c’est ton reflet qu’on voit dans la fenêtre, avec le chandail en étoile? :)

  3. Isabelle Gaumont says on :

    @1Capricieuse Oui! Quelle belle occasion perdue de montrer notre coin de la planète à un auditoire qui a les moyens de voyager :-(

    @Maxime Oui! C’est moi avec le chandail en étoile! T’as l’oeil aiguisé! :-)

  4. Marie says on :

    Je suis allée l’année dernière et moi ce qui m’a marqué c’était les “shows” canadiens.. Je ne sais pas pour vous, mais des gars qui jouent de la guitare électrique en Kilt ça fait plus british ou écossais que canadiens… La seule fois où j’ai vu un kilt au Canada, il était porté par un militaire qui jouait de la cornemuse.. On parle des chemises à carreau.. mais les vendeurs portent également LE fameux chapeaux de Cow-Boy.. Tout à fait canadien.. aux USA ils n’en ont pas de ça! Mais le pire c’est qu’au restaurant, on vous présente le Canada en vous disant qu’il a été fait selon la géographie du pays (le resto) .. et on était assis au Yukon.. Alors si ma géo est exacte… le Québec est.. aux toilettes!!! et les Maritimes.. sont dehors au niveau de l’entrée.. Mais le Nunavut lui, vous savez le nouveau territoire que personne ne connait, lui il a une place de choix! Et c’est sans parler des Totems , notre emblème officiel.. La seule chose que j’ai trouvé drôle c’est qu’ils vendent des chandails des Canadiens (entre autre) et que si on cherche vraiment beaucoup, il y a 2-3 serveurs du Québec qui viennent vous dire un joli bonjour en français.. ça leur fait du bien.. J’ai cependant vu de la poutine en accompagnement possible.. je suppose qu’elle doit être excellente avec du Black Diamond.. à la hauteur de la soupe au Fromage peut-être!

  5. Isabelle Gaumont says on :

    @Marie Comme les cérémonies Olympiques, le tout a probablement été mis en place par un australien ;-) Petite misère!

Leave a Reply